Installation des miradors pour observer les singes bleus de Schouteden sur l’île Idjwi.

17 Nov 2017

Les paysans transportent de planches pour la construction des miradors

Les singes de Schouteden (Cercopithecus mitis schoutedeni) constituent une sous espèce des primates endémique de l’île Idjwi (Schouteden, 1947) située dans le lac Kivu à l’Est de la RD Congo. Longtemps chassés pour leur viande, et autres usages (peaux, os), ces singes ont été réduits jusqu’à une centaine d’individus. Leur habitat naturel, la forêt de Nyamusisi a été décimée par l’homme à la recherche des bois de chauffe, de construction, fabrication des braises et surtout pour convertir les concessions forestières en terres arables. Les singes et autres biodiversités rescapés se sont réfugiés dans des endroits rocheux difficilement accessibles comme ‘‘Bulolero’’ qui est aujourd’hui l’unique site naturel où vivent ces singes à l’état sauvage. A l’approche d’une personne humaine, ces singes étant stressés fuient au point qu’ils passent toute la journée cachées sans se faire voir ni chercher à manger. Suite à cette situation très alarmante, il est actuellement difficile de réaliser une observation continue ou d’avoir une bonne prise de photo de ces singes lors des recherches ou visites touristiques. En effet, les présences humaines non tolérées dérangent constamment la vie de ces singes dont le stress qui en résulte peut avoir un impact négatif sur leurs processus vitaux, notamment leur reproduction (Cords, 1995).

Pour pallier à ce problème, Primate Expertise travaillant pour la conservation durable de ces singes en collaboration avec les ONGs et les communautés locales, a réalisé au mois de Novembre 2017 la construction et l’installation de deux miradors dans le site de Bulolero pour faciliter les chercheurs et touristes à mener leurs observations sans déranger les singes dans leurs diverses activités de nourrissage, promenade, jeux, repos, toilettage, accouplement, ect.

Les miradors ont l’avantage de dissimuler l’observateur vis-à-vis de l’animal. Un observateur surélevé même de quelques mètres dans un mirador peut se révélé invisible vis-à-vis de l’animal (René-Miguel, 1998).

Le mirador déjà installé dans le site de Bulolero

 

Share

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *